Ron_Carter1_Marc_Gilgen_4c

Ron Carter

Contact Booking

Galerie & Agenda


19/11/2022, Limoges, France
24/11/2022, Courbevoie, France

Ron Carter

Genre musical

Réprésentation

Jazz
France

Vidéos

Présentation & Actualités

En 2022, Ron Carter fête ses 85 ans ! Pour marquer cet événement, le Carnegie Hall de New York a organisé et accueilli le 10 mai 2022 un concert d'anniversaire en son honneur, au cours duquel le bassiste multi-récompensé s'est produit lui-même avec et à la tête d'un trio, d'un quartet et d'un octet.

Ron Carter est l’un des bassistes de jazz les plus prolifiques, originaux et influents de notre époque, avec plus de 2 500 albums à son actif. Au cours de sa carrière, il a joué avec des artistes tels que Miles Davis, Tommy Flanagan, Gil Evans, Lena Horne, Bill Evans, B.B. King, the Kronos Quartet, Dexter Gordon, Wes Montgomery et Bobby Timmons.

Au début des années 1960, Ron Carter s’est produit dans des boîtes de nuit et des salles de concert américaines avec Jaki Byard et Eric Dolphy avant de commencer à tourner en Europe avec Cannonball Adderley. De 1963 à 1968, il a partagé la scène avec le légendaire quintet de Miles Davis, avec qui il a enregistré des albums mémorables tels que « Seven Steps To Heaven« , « E.S.P. » et « Miles Smiles« .

Miles Davis a recruté Tony Williams, un batteur de 17 ans, le pianiste Herbie Hancock, qui a déjà composé le hit Watermelon Man pour Mongo Santamaria, et le saxophoniste George Coleman, bientôt remplacé par Wayne Shorter, pour tenter de combler son retard sur John Coltrane et la meute du free jazz. Ce second « grand quintet » de Miles Davis, successeur du premier, actif de 1955 à 1957, produira pendant cinq ans une musique aussi libre que sophistiquée, fixée sur des albums majeurs.

La liste des collaborations de Ron Carter, si tant est qu’elle puisse être recensée, tiendrait dans un épais volume. Outre les exemples cités, on peut y ajouter les séances avec Hank Jones, Kenny Barron, Sonny Rollins, Chet Baker, Billy Cobham, Wynton Marsalis, Joachim Kuhn, Abbey Lincoln, Cedar Walton ou même MC Solaar, et plus récemment Lewis Nash et Mulgrew Miller.

Nommé « Bassiste de la décennie » par le Detroit News, « Bassiste de Jazz de l’année » par le Downbeat Magazine et « Most Valuable Player » par la National Academy of Recording Arts and Sciences en 2012, Ron Carter est depuis 60 ans un pilier du jazz. C’est un soliste de talent, autant à l’aise dans le jazz le plus strict que dans d’autres champs d’investigation, que ce soit dans des contextes intimistes ou derrière de grandes formations.

Au cours des six dernières années, le cinéaste Peter Schnall a documenté la vie musicale du légendaire bassiste par le biais du cinéma. Le documentaire qui en résulte, Finding the Right Notes, est un portrait intime de Ron Carter qui parle à travers sa musique et qui a fait sortir la basse de l’ombre, pour la mettre sous les feux de la rampe.

La bande sonore du film comprend une performance live enregistrée au Festival de Jazz de Newport de l’original classique de Carter « Soft Winds« , et un duo de basse impromptu de « Willow Weep For Me » avec Christian McBride au National Jazz Museum de Harlem. Il y a aussi des morceaux de deux sessions au Blue Note Club de New York avec Bill Frisell sur « My Man’s Gone Now » et un premier enregistrement avec son collègue bassiste Stanley Clarke sur « Bag’s Groove« .

Retrouvez Ron Carter et son Quartet lors de sa tournée européenne à l’automne 2023, autour du 3 novembre.